UMANIS

Société anonyme au capital de 2 114 124 €.
Siège social  : 7-9, rue Paul Vaillant Couturier, 92300 Levallois.
403 259 534 R.C.S. Nanterre.

 

1. -- Rapport semestriel du groupe.

  1.1. Evolution du chiffre d'affaires. -- Au premier semestre 2005, le groupe Umanis a réalisé un chiffre d'affaire de 20 108 K€ se répartissant de la manière suivante  :

  -- 59,77  % pour l'activité de business intelligence  ;

  -- 14,28  % pour l'activité de conseil  ;

  -- 15,02  % pour les centres d'appel de contacts avec sa filiale Umanis Managed Services (UMS)  ;

  -- 10,93  % pour la branche d'activité de recherche clinique (CRO).

  -- Toutes les activités du groupe ont contribué positivement à son résultat d'exploitation.

  1.2. Evènements marquants intervenus au premier semestre 2005. -- Selon un contrat de cession régularisé le 20 mai 2005, le groupe a pris le contrôle du groupe Genius, spécialisé en informatique, générant un chiffre d'affaires annuel de 1,5 millions d'euros.

  Au cours du premier semestre, Umanis S.A. s'était également rapprochée de la société IPPON, dont le chiffre d'affaires en 2004 s'est élevé à 3 M€ mais cette opération d'acquisition n'a toujours pas abouti.

  Plusieurs augmentations de capital ont eu lieu sur le premier semestre 2005  :

  -- augmentation de capital réservée résultant de l'émission et de la souscription de 645 358 actions nouvelles, au prix de 1,17 € par action, de 0,11 € de valeur nominale chacune, intégralement souscrites et entièrement libérées par compensation avec des créances liquides et exigibles sur la société. Le capital social de la société a été augmenté de 70 989,38 €  ;

  -- apport de 100  % des titres composant le capital social de la société Génius informatique, évaluées à 1 228 000 € a été financé par émission au profit de l'apporteur de 883 453 actions nouvelles, au prix de 1,39 € par action, de 0,11 € de valeur nominale chacune, entièrement libérées  ;

  -- exercice par leurs bénéficiaires de 631 819 bons de souscription de parts de créateurs d'entreprise  : l'émission de 631 819 actions nouvelles, au prix de 1,43 € par actions, de 0,11 € de valeur nominale chacune, intégralement souscrites et entièrement libérées en numéraire ou par compensation avec des créances liquides et exigibles sur la société.

  -- Les sociétés Umanis S.A., Umanis France, Umanis Consulting et Umanis Managed services exécutent normalement le moratoire obtenu de la commission des chefs de services au titre des dettes fiscales et sociales.

  1.3. Evènements récents postérieurs au 30 juin 2005. -- Deux opérations de croissance externes sont actuellement en cours d'étude.

  -- Une loi a été signée avec une société basée à Nantes spécialisée dans les ERP réalisant un chiffre d'affaires de 1,3 M€. Les opérations d'audit sont terminées et la réalisation définitive de cette opération d'acquisition devrait intervenir au cours du mois d'octobre 2005  ;

  -- Compte tenu de la synergie évidente avec l'activité CRO du groupe, un accord de confidentialité a été régularisé avec une société ayant pour activité l'étude et la vente de produits du domaine de la santé qui réalise un chiffre d'affaires de 1,8 M€. Une due-diligence est toujours en cours de réalisation et si elle se révélait intéressante, cette acquisition pourrait aboutir d'ici la fin de l'exercice.

  -- Par ailleurs, la mise en place au sein du groupe au mois de juillet 2005 d'un outil de gestion aura pour conséquence une amélioration de la visibilité du chiffre d'affaires mensuel.

  -- Cet instrument de pilotage permettra de mesurer mensuellement le chiffre d'affaires réalisé (tarif journalier vendu en régie et réalisé en forfait). Son utilisation engendrera en outre une amélioration de la prévisibilité. Le taux d'intercontrat devrait être réduit de manière significative et se stabiliser d'ici la fin de l'année aux alentours de 6  %, comme constaté depuis le mois de juin 2005.

  -- Enfin, des discussions sont en cours quant au départ éventuel de M. Stéphane Muller, du groupe Umanis (actuellement administrateur et directeur général de la société holding).

  1.4. Evolution prévisible pour la fin de l'exercice en cours. -- Les augmentations de salaire sont maîtrisées et le groupe réfléchit à d'autres moyens de rémunération et de fidélisation de ses salariés, compte tenu des tensions de plus en plus fortes apparues sur le marché de l'embauche.

  Enfin, les frais fixes ont également été réduits grâce à la diminution des charges de loyers et de location, et l'expiration de crédit-baux au mois de novembre 2004 (informatique...).

  Le groupe confirme son objectif de croissance de son chiffre d'affaires pro-format d'ici la fin de l'exercice 2005 dans l'hypothèse ou les deux opérations de croissance externe se réalisent.

  Par ailleurs, le groupe après avoir rétabli fin 2004, des fonds propres positifs continue son travail d'amélioration des fonds propres notamment aux moyens de l'incorporation au capital des comptes courants des dirigeants sur les sociétés du groupe puis de l'émissions de valeurs mobilières souscrites, le cas échéant, par des tiers investisseurs. Cela permettra au groupe de disposer très rapidement de ratio d'endettement conformes aux critères requis par les différents établissements de crédit.

 

2. -- Comptes semestriels consolidés.

 

I. -- Bilan consolidé au 30 juin 2005.
(En milliers d'euros.)

 

Actif 30/06/05 31/12/04 retraité IFRS
Goodwills 11 943 11 277
Immobilisations incorporelles 367 432
Immobilisations corporelles 628 696
Autres participations 154 152
Créances et autres actifs financiers 739 749
Impôts différés     6 806     6 838
Actifs non courants 20 638 20 144
     
Stocks 2  
Clients 15 540 14 824
Créances fiscales 4 808 5 583
Autres débiteurs 3 725 2 936
Trésorerie et équivalents     0     2 134
Actifs courants 24 074 25 477
      Total des actifs 44 712 45 621

 

 

Capitaux propres et passifs 30/06/05 31/12/04
retraité IFRS
Capital 2 104 1 867
Primes d'émission 28 997 26 348
Réserves consolidées - 27 984 - 35 299
Ecarts de conversion 158 261
Résultat consolidé     - 600     7 313
Capitaux propres part du groupe 2 676 491
Intérêts minoritaires     1     3
Capitaux propres 2 877 494
     
Provisions pour pensions et avantages 285 280
Autres provisions à long terme 1 570 1 799
Impôts différés    
Autres dettes     2 666     5 905
Passifs non courants 4 521 7 984
     
Fournisseurs 4 600 5 061
Emprunts garantis 6 552 7 215
Partie à court terme des emprunts portant intérêts 115 126
Dettes fiscales IS 153 170
Dettes fiscales et social 24 374 22 197
Autres créditeurs 1 699 2 374
Provisions    
Trésorerie passive     21         
Passifs courants     37 514     37 143
      Total des capitaux propres et passifs 44 712 45 621

 

 

II. -- Compte de résultat consolidé au 30 juin 2005.
(En milliers d'euros).

 

  30/06/05 30/06/04
retraité IFRS
31/12/04
retraité IFRS
Chiffre d'affaires 20 108 21 781 41 656
Autres produits de l'activité              268     2 148
Produits des activités ordinaires 20 108 22 049 43 804
Consommation de matières premières et marchandises - 172 - 162 - 269
Autres charges externes - 3 008 - 3 258 - 6 292
Charges de personnel - 15 794 - 17 453 - 33 658
Impôts & taxes - 397 - 525 - 875
Amortis-
sements et dépréciations
- 170 - 589 - 1 724
Dépréciations des goodwills      
Autres charges              - 65     - 88
Résultat opérationnel courant 568 - 4 899
Autres produits et charges opérationnels     - 838     734     - 34
Résultat opérationnel - 271 730 866
       
Produits de trésorerie et équivalents de trésorerie      
Coût de l'endettement financier brut     - 116     - 34     - 221
Coût de l'endettement financier net - 116 - 34 - 221
Autres produits et charges financiers     - 170     258     26
Résultat avant impôts - 556 954 670
Impôts différés   - 2 6 690
Impôts courants     - 45     - 48     - 47
Résultat des activités ordinaires - 601 905 7 314
Intérêts minoritaires     - 1     3     1
Résultat net part du groupe - 600 902 7 313
Résultat par action, en euros  :      
    Avant dilution - 0,03 0,06 0,45
    Après dilution - 0,03 0,06 0,45

 

 

III. -- Tableau des flux de trésorerie consolidés au 30 juin 2005.
(En milliers d'euros.)

 

  30/06/05 31/12/04
retraité IFRS
Résultat net consolidé (y compris intérêts minoritaires) - 601 7 314
Dotations nettes aux amortis-
sements et provisions (à l'exclusion de celles liées à l'actif circulant)
- 23 475
Plus et moins-values de cession     1     14
Capacité d'autofinancement après coût de l'endettement financier net et impôt - 624 7 803
Coût de l'endettement financier net 116 221
Charge d'impôt (y compris impôts différés)     45     - 6 643
Capacité d'autofinancement avant coût de l'endettement financier net et impôt - 463 1 381
Impôts versés    
Variation du B.F.R. opérationnel courant - 1 423 - 3 378
Variation du B.F.R. sur créances apportées en garantie     662     875
Flux net de trésorerie généré par l'activité - 1 223 - 1 122
     
Décaissements liés aux acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles - 64 - 458
Encaissements liés aux cessions d'immobilisations corporelles et incorporelles   62
Décaissements liés aux acquisitions d'immobilisations financières - 7  
Encaissements liés aux cessions d'immobilisations financières 19  
Incidence des variations de périmètre - 1 318 - 1
Variation des prêts et avances consentis              - 87
Flux net de trésorerie provenant des activités d'investissement - 1 370 - 484
     
Sommes reçues des actionnaires lors d'augmentations de capital 2 887 953
Versées par les actionnaires de la société-mère 2 887 953
Versées par les minoritaires des sociétés intégrées    
Remboursements d'emprunts (y compris contrats de location financement) - 11 - 34
Intérêts financiers nets versés (y compris contrats de location financement) - 116 - 221
Flux liés aux opérations de financement garantis - 662 - 875
Autres flux liés aux opérations de financement     - 1 659         
Flux net de trésorerie provenant des activités de financement 439 - 177
Incidence des variations des cours des devises     0     13
Variation nette de trésorerie ou d'équivalents de trésorerie - 2 155 - 1 770
     
Trésorerie d'ouverture 2 134 3 904
Trésorerie de clôture     - 21     2 134
Variation de trésorerie - 2 155 - 1 770

 

 

IV. -- Tableau des variations de capitaux propres consolidés au 30 juin 2005.
(En milliers d'euros.)

 

Premier semestre 2005 Capital Primes Réserves consolidées Résultat de l'exercice Tatal des capitaux propres part du groupe Intérêts minoritaires Total des capitaux propres
Capitaux propres retraités au 1er janvier 2004 1 721 25 542 - 34 933 (1) - 7 671 3 - 7 668
Résultat de la période 2004       7 313 7 313 1 7 314
Variations du capital de l'entreprise consolidante 146 806     953   953
Variation des écarts de conversion     - 104   - 104   - 104
Autres                                                               
Capitaux propres retraités au 31 décembre 2004 1 867 26 348 - 35 037 7 313 492 3 495
Affectation du résultat 2004     7 313 - 7 313 0   0
Résultat de la période 2005       - 600 - 600 - 2 - 601
Variations du capital de l'entreprise consolidante 238 2 649     2 887   2 887
Variation des écarts de conversion     - 103   - 103   - 103
Autres                                                               
Capitaux propres au 30 juin 2005 2 105 28 997 - 27 827 - 600 2 676 1 2 677
  (1) Le résultat de la période précédente est intégré dans les réserves au 1er janvier 2004.

 

 

V. - Notes annexes aux comptes consolidés au 30 juin 2005.

 

Note 1. - Règles et méthodes comptables.

  1.1. Référentiel comptable. -- En application du règlement européen 1606/2002 du 19 juillet 2002, les comptes consolidés du groupe Umanis au titre de l'exercice 2005 et des exercices suivants sont établis conformément aux normes internationales IAS / IFRS applicables au 1er janvier 2005 telles qu'approuvées par l'Union européenne.

  Conformément à la recommandation CESR (Committee of European Securities Regulators) de décembre 2003, les comptes intermédiaires au 30 juin 2005 sont établis selon les méthodes d'évaluation et de comptabilisation IAS/IFRS, présentés sous la forme de comptes intermédiaires tels que définit par le règlement général de l'Autorité des marchés financiers (AMF). Par conséquent, les comptes semestriels au 30 juin 2005 ne contiennent pas l'intégralité des informations requises par les normes IAS/IFRS. Ceci constitue une exception à l'application de la norme IAS 34 sur les arrêtés intermédiaires mais est en conformité avec les recommandations de l'AMF relatives aux comptes intermédiaires publiés lors de cette première année de mise en oeuvre des IFRS.

  Les normes IAS/IFRS, telles qu'approuvées par l'Union européenne, ont été appliquée avec effet rétroactif au 1er janvier 2004, à l'exception de certaines exemptions prévues par la norme IFRS 1 relatives à la première application des normes IAS/IFRS.

  Les principales options retenues par le groupe Umanis sont les suivantes  :

  -- Retraitement rétrospectif, conformément à IFRS 3   Regroupement d'entreprises  , des regroupements d'entreprises antérieurs au 1er janvier 2004 et réalisés depuis le 1er janvier 1998. Les regroupements antérieurs à 1998 n'ont pas été retraités. Ce traitement a conduit, en conséquence, à s'assurer du respect des normes IAS 36   Dépréciation d'actifs   et 38   Immobilisations corporelles    ;

  -- Non réévaluation des immobilisations corporelles à leur juste valeur (coût historique par convention). Le groupe Umanis a choisi d'appliquer la méthode du coût historique amorti conformément à la norme IAS 16   Immobilisations corporelles    ;

  -- Application dès le 1er janvier 2004 des normes IAS 32 et 39 relatives aux instruments financiers  ;

  -- Non revalorisation des plans d'options de souscription d'actions antérieurs au 7 novembre 2002, conformément à la norme IFRS 2  ;

  -- Reconnaissance de l'intégralité des engagements de retraite au 1er janvier 2004.

  -- Toutes les normes et interprétations appliquées par le groupe Umanis dans les présents comptes sont compatibles avec les directives européennes d'une part et les normes et interprétations adoptées par l'Union européenne d'autre part.

  -- Le référentiel comptable utilisé étant susceptible d'évoluer d'ici le 31 décembre 2005, il est possible que le bilan d'ouverture audité ne soit pas d'ouverture au 1er janvier 2004 à partir duquel les comptes consolidés de l'exercice 2005 seront effectivement établis et que les résultats IFRS semestriels et annuels 2004 et 2005 ainsi que le bilan au 31 décembre 2004 présentés ci-après soient modifiés au cours de l'exercice 2005.

  -- Les comptes consolidés du groupe Umanis publiés avant l'exercice 2005 étaient établis en conformité avec les règles et méthodes comptables relatives aux comptes consolidés approuvées par arrêté du 22 juin 1999 portant homologation du règlement 99-02 modifié par le règlement n 2004-03 du CRC (Comité de réglementation comptable).

  -- Les informations relatives aux impacts de la transition aux IFRS sur l'exercice 2004 sont disponibles en note 6 du présent document.

  -- Par ailleurs, le groupe a fait le choix d'appliquer au 1er janvier 2004 les normes lAS 32 et 39 sur les instruments financiers.

  1.2. Estimations et jugements. -- Pour établir ses comptes, Umanis est amenée à procéder à des estimations et faire des hypothèses qui affectent la valeur comptable de certains éléments d'actif et de passif, des produits et des charges, ainsi que les informations données dans certaines notes de l'annexe. Umanis revoit ses estimations et appréciations de manière régulière pour prendre en compte l'expérience passée et les autres facteurs jugés pertinents au regard des conditions économiques. En fonction de l'évolution de ces hypothèses ou de conditions différentes, les montants figurant dans ses états financiers pourraient différer des estimations actuelles.

  1.3. Présentation des états financiers. -- Les actifs destinés à être cédés ou consommés au cours du cycle d'exploitation normal du groupe, les actifs détenus dans la perspective d'une cession dans les douze mois suivant la clôture de l'exercice ainsi que la trésorerie et les équivalents de trésorerie constituent des actifs courants. Tous les autres actifs sont non courants.

  Les dettes échues au cours du cycle d'exploitation normal du groupe ou dans les douze mois suivant la clôture de l'exercice constituent des dettes courantes. Toutes les autres dettes sont non courantes.

  1.4. Principes de consolidation. -- Les comptes consolidés au 30 juin 2005 comprennent les comptes de Umanis S.A. et ceux des filiales qui sont toutes contrôlées, directement ou indirectement, de manière exclusive par Umanis. Elles sont donc intégrées globalement.

  La liste complète des filiales intégrées au périmètre de consolidation et les méthodes y afférentes sont fournies en note 3.

  La société détient une participation qui n'est pas prise en compte dans le périmètre de consolidation. La société   Le Repérage Français Sarl  , détenue à 58  % par Umanis France n'est pas consolidée au 30 juin 2005. Cette société en sommeil est en cours de dissolution à l'amiable. Cette participation est non significative.

  Les soldes et les transactions entre les sociétés intégrées ainsi que les résultats internes sont éliminés.

  1.5. Information sectorielle. -- Le groupe Umanis caractérise un secteur d'activité comme une composante distincte, engagée dans la fourniture de produits ou de services, qui est exposée à des risques et à une rentabilité différents des autres secteurs. Un secteur géographique est une composante distincte, engagée dans la fourniture de produits ou services dans un environnement économique particulier et exposée à des risques et à une rentabilité différents des autres environnements économiques.

  Le premier et le deuxième niveau de l'information sectorielle du groupe Umanis sont respectivement le   Secteur d'activité   et le   Secteur géographique  .

  Umanis a donc défini quatre secteurs d'activité distincts (cf note 6) qui sont  :

  -- Businness Intelligence  ;

  -- Conseil  ;

  -- Clinical Research Organisation  ;

  -- Centre d'appels.

  -- Les actifs opérationnels utilisés par un secteur dans le cadre de ses activités opérationnelles sont caractérisés d'actifs sectoriels. Outre les goodwills, ils comprennent les immobilisations incorporelles, corporelles et les actifs courants utilisés dans les activités opérationnelles du secteur.

  -- Les passifs résultant des activités d'un secteur, directement attribuables à celui-ci ou qui peuvent raisonnablement lui être affectés sont caractérisés de passifs sectoriels. Ils comprennent les passifs courants et non courants. Les actifs et les passifs identifiés sur les lignes   Non alloués   comprennent les impôts différés, les actifs financiers non courants et les dettes financières.

  -- 1.6. Méthodes de conversion  :

  -- Transactions libellées en devises étrangères  : Les opérations libellées en devises étrangères sont initialement converties en appliquant le cours de change en vigueur à la date de la transaction.

  -- A la date de clôture, les actifs et passifs monétaires exprimés en devises sont convertis au cours de change à cette même date. Toutes les différences de change dégagées à cette occasion sont comptabilisées dans le compte de résultat  ;

  -- Etats financiers libellés en devises étrangères  : Les comptes des sociétés exprimés en devises étrangères, sont convertis en euros de la manière suivante  :

  -- Les postes du bilan sont convertis en euros au taux de clôture, à l'exception des capitaux propres qui sont maintenus au taux historique  ;

  -- Les postes du compte de résultat sont convertis au taux moyen de l'exercice  ;

  -- L'écart de conversion mis en évidence est inclus dans les capitaux propres consolidés et n'affecte pas le résultat.

  -- 1.7. Immobilisations incorporelles  :

  -- Goodwills  : Les goodwills représentent la différence entre le coût d'acquisition des titres de participation et la quote-part de l'entreprise acquéreuse dans l'évaluation totale des actifs et passifs identifiés à la date d'acquisition. ils sont inscrits à l'actif du bilan.

  -- Les goodwills ne sont pas amortis, mais font l'objet d'un test de dépréciation au minimum une fois par an, et dès qu'il existe un indice de perte de valeur.

  -- Un goodwill négatif est comptabilisé en produit lorsqu'il ne peut pas être affecté à des charges ou pertes futures identifiables.

  -- Lorsque le goodwill négatif peut être affecté à des charges ou pertes futures identifiées lors de l'opération d'acquisition et quantifiées de manière fiable, il est repris en résultat au fur et à mesure des pertes ou charges futures encourues  ;

  -- Générées en interne  : Le groupe Umanis n'engage pas de dépenses liées aux activités de recherche ayant pour but d'acquérir des connaissances scientifiques et des techniques nouvelles. Si tel était toutefois le cas, celles-ci seraient comptabilisées en charges dès qu'encourues.

  -- Les dépenses liées aux activités de développement ayant pour objectif l'amélioration de produits et de procédés nouveaux sont enregistrées à l'actif du bilan si le produit ou le procédé est jugé techniquement et commercialement viable et que le groupe entend en achever le développement.

  -- Les autres dépenses de développement sont comptabilisées directement en charges dès qu'encourues  ;

  -- Acquises  : Les actifs incorporels acquis par le, groupe Umanis sont également comptabilisés au coût minoré des amortissements cumulés et des pertes de valeurs éventuelles.

  -- Dépenses ultérieures à la première inscription  : Les dépenses ultérieures relatives aux actifs incorporels sont comptabilisées à l'actif lorsqu'elles augmentent les avantages économiques futurs de l'actif spécifique auquel elles se rapportent, et que ce coût peut être évalué et attribué à l'actif de façon fiable.

  -- Toutes les autres dépenses sont comptabilisées directement en charges dès qu'encourues.

  -- Amortissements  : Les actifs incorporels détenus par le groupe UMANIS, dont la durée d'utilité est non déterminable, ne sont pas amortis. Lorsqu'un amortissement est comptabilisé, il est calculé sur une base linéaire en fonction de la durée f d'utilité estimée de l'actif incorporel. Ces durées estimées sont les suivantes  :

  -- Logiciels  : 3 ans, à l'exception d'un logiciel spécifique dont la durée d'utilisation est de 4 ans.

  -- 1.8. Immobilisations corporelles  :

  -- Principes d'évaluations  : Les immobilisations corporelles sont enregistrées à leur coût minoré des amortissements cumulés et des pertes de valeur éventuelles.

  -- Les frais d'entretiens et de réparations sont comptabilisés en charges de l'exercice au cours duquel ils sont encourus.

  -- Dépenses ultérieures à la première inscription  : Les dépenses relatives au remplacement ou renouvellement d'une composante d'immobilisation corporelle sont comptabilisées comme un actif distinct et l'actif remplacé est éliminé.

  -- Les autres dépenses ultérieures relatives à une immobilisation corporelle sont comptabilisées à l'actif lorsqu'elles augmentent les avantages économiques futurs de l'actif au-dessus de son niveau de performance défini à l'origine. Toutes les autres dépenses ultérieures sont comptabilisées directement en charges dès qu'encourues.

  -- Contrats de location-financement  : Les opérations réalisées au moyen d'un contrat de location-financement sont majoritairement traitées selon des modalités identiques à une acquisition à crédit pour leur valeur d'origine au contrat. Les amortissements sont conformes aux méthodes et taux précités, et l'incidence fiscale de ce retraitement est prise en compte.

  -- Amortissements  : Les amortissements sont calculés selon le mode linéaire appliqué, sur les durées d'utilisation estimées suivantes  :

 

Types d'immobilisations Durées
Installations techniques et outillages 10 ans
Agencements, aménagements divers 5 ans
Matériel de transport 5 ans
Matériel de bureau & informatique 3 ans/15 ans
Mobilier 8 ans / 10 ans

 

  1.9. Dépréciation des actifs. -- Les valeurs comptables des actifs, autres que les stocks, les actifs d'impôts différés, les actifs relatifs aux avantages du personnel et les actifs financiers compris dans le champ d'IAS 32, sont revus à chaque clôture afin d'identifier d'éventuelles pertes de valeur. En cas d'identification de perte de valeur, la valeur recouvrable de l'actif fait l'objet d'une estimation.

  Les immobilisations incorporelles qui ne sont pas encore prêtes à être mises en service, ou dont la durée de vie est indéterminée, font l'objet d'une estimation systématique à la clôture de chaque exercice.

  Conformément à IAS 36, une perte de valeur est comptabilisée dès que la valeur comptable de l'actif ou de l'unité génératrice de trésorerie à laquelle il appartient excède sa valeur recouvrable.

  -- Valeur recouvrable  : La valeur recouvrable d'un actif isolé, c'est-à-dire qui ne génère pas d'entrées de trésorerie indépendantes de celles d'autres actifs, est déterminée pour l'unité génératrice de trésorerie à laquelle il appartient. La valeur recouvrable est la valeur la plus élevée entre le prix de vente net de l'actif et sa valeur d'utilité. La valeur d'utilité est basée sur l'actualisation de flux de trésorerie futurs en fonction d'un taux de croissance reflétant les appréciations actuelles du marché de la valeur temps de l'argent et des risques spécifiques. Les flux de trésorerie liés à des valeurs recouvrables à court terme ne sont pas actualisés.

  -- Pertes de valeur  : Les pertes de valeur minorent le résultat de l'exercice, au cours duquel elles sont constatées.

  -- Les pertes de valeur comptabilisées les années précédentes sont reprises, lorsque l'on constate un changement dans les estimations utilisées, à l'exception de celles comptabilisées pour un goodwill qui sont considérées comme définitives.

  -- La valeur comptable d'un actif augmentée d'une reprise de perte de valeur n'excède jamais la valeur comptable qui aurait été déterminée (nette d'amortissement ou de dépréciation) si aucune perte de valeur n'avait été comptabilisée pour cet actif au cours des années précédentes.

  1.10. Cessions de créances et emprunts garantis. -- Les créances cédées à des tiers par le biais d'affacturage ou de Dailly ne sont sorties de l'actif du groupe que lorsque l'essentiel des risques et avantages qui leur sont associés sont également transférés à ces tiers. Tant que leur cession n'est pas effective, les cessions de créances sont comptabilisées comme des emprunts garantis au passif du bilan.

  1.11. Actifs financiers. -- Les actifs financiers comprennent les titres de participation des sociétés contrôlées mais non consolidées en raison de leur caractère non significatif, les prêts et les autres dépôts et cautionnement.

  Ces actifs sont présentés en actifs non courants, excepté ceux présentant une échéance inférieure à 12 mois à la date de clôture, qui sont classés en actifs courants ou en équivalent de trésorerie selon les cas.

  -- Les titres de participation de sociétés non cotées, qui représentent les intérêts du groupe dans le capital de sociétés contrôlées mais non consolidées, en raison de leur caractère non significatif, ne relève pas d'IAS 39 et sont maintenus à leur coût d'acquisition déduction faite des provisions éventuellement nécessaires.

  -- Les prêts et les autres dépôts et cautionnement. ayant une échéance fixée supérieure à un an, que le groupe a l'intention et la capacité de conserver jusqu'à échéance, sont classés en tant qu'actifs non courants. Ils sont évalués au coût amorti, diminué des éventuelles pertes de valeur comptabilisées en résultat lorsqu'il existe une indication objective de dépréciation du fait d'un événement intervenu après la comptabilisation initiale de l'actif.

  -- Les autres actifs financiers sont classés comme disponibles à la vente et sont comptabilisés à leur juste valeur. Les gains ou pertes résultant de cette évaluation sont directement inscrits en capitaux propres, jusqu'à ce que l'actif financier soit réalisé.

  1.12. Trésorerie et équivalents. -- La trésorerie et équivalents comprend les liquidités et les placements à court terme ayant une échéance de moins de trois mois à compter de la date d'acquisition.

  La valorisation des placements à court terme est effectuée à la valeur de marché à chaque clôture.

  1.13. Capitaux propres  :

  -- Dividendes  : Les dividendes ne sont comptabilisés en dettes que lorsque leur distribution a effectivement été approuvée par l'assemblée générale  ;

  -- Rémunérations en actions ou liées aux actions  : Le groupe Umanis dispose de plans d'attribution d'options de souscription et d'achat d'actions (dont le détail vous est donné en note 8).

  -- Les options sur actions ont été émises à des cours avantageux à la date de l'attribution. Ces plans ayant tous été octroyés avant le 7 novembre 2002, les coûts liés à ces avantages ne sont pas comptabilisés au compte de résultat. Ce traitement est conforme aux dispositions transitoires de la norme IFRS 2.

  -- Concernant les décisions d'attribution de BSPCE et BSA, correspondant à des instruments de capitaux propres, il convient de se reporter au tableau récapitulatif figurant à la note 9.

  1.14. Avantages au personnel. -- Les régimes à prestations définies concernent les avantages postérieurs à l'emploi qui garantissent à certaines catégories de salariés des ressources complémentaires pour lesquelles le groupe Umanis est engagé. Ces engagements font l'objet d'un calcul de provision, effectué en estimant le montant des avantages que les employés auront accumulés en contrepartie des services rendus.

  Au sein du groupe, les régimes à prestations définies correspondent aux indemnités de départ en retraite. Les prestations ainsi calculées sont actualisées au taux de 5  % et comptabilisées au bilan.

  Le calcul de l'engagement est effectué annuellement selon la méthode des unités de crédit projetées. Le taux d'actualisation utilisé à la date de clôture est cohérent avec le taux de rendement des emprunts obligataires d'état. Les indemnités de départ en retraite sont directement liées à l'application de la convention collective. Elles concernent les indemnités à verser en cas de départ volontaire ou de mise en retraite des salariés.

  1.15. Provisions. -- Une provision est comptabilisée lorsque le groupe Umanis a une obligation actuelle (juridique ou implicite) résultant d'un événement passé, dont le montant peut être estimé de manière fiable, et dont l'extinction devrait se traduire par une sortie de ressources représentative d'avantages économiques.

  1.16. Fournisseurs et autres passifs. -- L'ensemble des dettes est enregistré au coût d'achat.

  Après leur comptabilisation initiale, le groupe Umanis évalue au coût amorti tous les passifs financiers autres que ceux détenus à des fins de transactions.

  Lorsque l'effet de la valeur temps de l'argent est significatif, le montant de la dette doit être la valeur actuelle des dépenses attendues que l'on pense nécessaires pour régler l'obligation. La dette est donc actualisée et sa valeur comptable augmente à chaque exercice pour refléter l'écoulement du temps. Cette augmentation est comptabilisée en charges financières.

  1.17. Chiffre d'affaires. -- Le chiffre d'affaires est égal à l'ensemble des produits des activités courantes des sociétés intégrées.

  -- Prestations de services et contrats à moyen et long terme  : Les produits afférents aux prestations de services dans le cadre de contrat à moyen et long terme sont enregistrés en fonction de l'avancement de la transaction. L'avancement est évalué sur la base des travaux exécutés à la date de clôture.

  -- Les revenus ne sont pas comptabilisés lorsqu'il subsiste une incertitude significative quant au recouvrement du prix de la transaction  ;

  -- Intégrations de matériels et logiciels  : Le revenu est reconnu à la date de livraison ou de mise à disposition réelle des matériels ou logiciels au client final  ;

  -- Autres prestations  : Les autres prestations de services sont comptabilisées lors de la réalisation.

  1.18. Résultat opérationnel. -- Le résultat opérationnel inclut l'ensemble des produits et coûts directement liées aux activités du groupe, que ces produits et charges soient récurrents ou qu'ils résultent de décisions ou d'opérations ponctuelles, comme les coûts de restructuration. En particulier les éléments inhabituels définis comme des produits ou charges non usuels par leur fréquence, leur nature ou leur montant, font partie du résultat opérationnel. Est exclu du résultat d'exploitation, le résultat financier.

  1.19. Impôts différés. -- Conformément à IAS 12, le groupe comptabilise sans actualisation les impôts différés pour l'ensemble des différences temporaires résultant des différences entre la valeur comptable des actifs et passifs comptabilisés et leur base fiscale correspondante. La base fiscale dépend des règles fiscales en vigueur dans chacun des pays concernés.

  Selon la méthode du report variable, les actifs et passifs d'impôts différés sont évalués aux taux d'impôts dont l'application est attendue pour l'exercice au cours duquel l'actif sera réalisé ou le passif réglé, sur la base des taux d'impôts qui ont été adoptés ou quasi adoptés à la date de clôture.

  Les montants d'impositions différées actives et passives sont compensés pour une même entité fiscale. A ce titre, un périmètre d'intégration fiscale est en vigueur dans le groupe, dont la tête est Umanis S.A.

  Les actifs d'impôts différés ne sont comptabilisés que lorsqu'il apparaît probable que le groupe disposera de bénéfices imposables futurs sur lesquels les pertes fiscales non utilisées pourront être imputées.

  1.20. Risques financiers. -- Le groupe Umanis n'utilise pas d'instruments financiers dérivés.

  1.21. Résultat par action. -- Le résultat par action avant dilution est obtenu en divisant le résultat net (part du groupe) par le nombre moyen pondéré d'actions en circulation au cours de l'exercice.

  Le résultat dilué par action est calculé en retenant l'ensemble des instruments donnant un accès différé au capital de la société consolidante, qu'ils soient émis par celle-ci ou par une de ses filiales. La dilution est déterminée instrument par instrument, compte tenu des conditions existant à la date de clôture. Par ailleurs, le résultat net est ajusté afin d'éliminer les effets financiers nets d'impôt correspondant aux instruments dilutifs.

  Les fonds sont pris en compte prorata temporis lors de l'année d'émission des instruments dilutifs et au premier jour de l'exercice pour les années suivantes.

 

Note 2. - Faits majeurs de la période.

  2.1. Filiales et participations. -- Le 30 juin 2005, le groupe a acquis la société Genius Informatique et ses deux filiales, Circe Informatique et Xerius Consulting, par apport des titres en capital.

  Après identification des justes-valeurs des actifs et passifs, cette acquisition a donné lieu à la comptabilisation d'un goodwill de 634 K€.

  2.2. Activité de la période. -- Le chiffre d'affaires consolidé du groupe Umanis pour le premier semestre 2005 s'établit à 20,1 M€, en baisse de 7  % par rapport à la même période de 2004 (21,8 M€).

  2.3. Augmentations de capital et émissions de valeurs mobilières. -- Par délibérations du conseil d'administration du 12 avril 2005, usant de la faculté qui lui e été accordée par l'assemblée générale mixte en date du 30 juin 2004, il a été décidé d'émettre sous la forme essentiellement nominative un montant global de 1 500 000 bons de souscription de parts de créateurs d'entreprise, attribués gratuitement, donnant droit à leur titulaire de souscrire, au moyen de chaque bon, à une (1) action de la société au prix unitaire de 1,43 €, à libérer en totalité lors de la souscription.

  Par délibérations du conseil d'administration du 24 juin 2005, ayant constaté la réalisation de l'augmentation de capital résultant de l'exercice par leurs bénéficiaires de 631 819 bons de souscription de parts de créateurs d'entreprise, le capital social de la société a été augmenté de 69 500,09 € par l'émission de 631 819 actions nouvelles, au prix de 1,43 € par action, de 0,11 € de valeur nominale chacune, intégralement souscrites et entièrement libérées en numéraire ou par compensation avec des créances liquides et exigibles sur la société.

  Par délibérations du conseil d'administration du 24 juin 2005, usant de la faculté qui lui a été accordée par l'assemblée générale mixte en date du 30 juin 2004, il a été décidé d'émettre 98 000 bons de souscription attribués gratuitement, donnant droit à leur titulaire de souscrire, au moyen de chaque bon, à une 1 action de la société au prix unitaire de 1,53 €, à libérer en totalité lors de la souscription.

  Le conseil d'administration du 30 juin 2005 agissant sur délégation de l'assemblée générale mixte en date du 28 juin 2005, a constaté la réalisation de l'augmentation de capital réservée résultant de l'émission et de la souscription de 645 358 actions nouvelles, au prix de 1,17 € par action, de 0,11 € de valeur nominale chacune, intégralement souscrites et entièrement libérées par compensation avec des créances liquides et exigibles sur la société.

  Suivant acte sous seing privé en date du 20 mai 2005, approuvé par l'assemblée générale mixte en date du 28 juin 2005 et par délibérations du conseil d'administration du 30 juin 2005, agissant sur délégation, l'apport de 100  % des titres composant le capital social de la société Génius Informatique, évaluées à 1 228 000 € a été financé par émission au profit de l'apporteur de 883 453 actions nouvelles, au prix de 1,39 € par action, de 0,11 € de valeur nominale chacune, entièrement libérées.

  2.4. Dettes moratoriées. -- Il n'y a pas de modifications concernant le moratoire de la société Umanis. Celui ci est correctement honoré à chacune des échéances initialement prévues.

  2.5. Mobilisations de créances. -- Dans le cadre du financement de ses créances la société a mis en place un contrat d'affacturage avec Factor BNP en remplacement de son Dailly avec la banque Delubac.

 

Note 3. - Evènements post clôture.

  Néant.

 

Note 4. - Périmètre de consolidation.

  4.1. Evolution du périmètre de consolidation. -- Le 30 juin 2005, le groupe a acquis 100  % des titres de la société Genius Informatique et ses deux filiales (détenues elles-même à 100  %), Circe Informatique et Xerius Consulting.

  4.2. Périmètre de consolidation. -- Le périmètre de consolidation du groupe Umanis comprend 19 sociétés consolidées. La liste complète et les méthodes de consolidation y afférentes, sont données ci-après  :

 

Nom Siège Registre du commerce   % contrôle   % intérêt Méthode de consolidation
Umanis S.A. Levallois, France R.C.S. 403 259 534 Société-mère   Société-mère
Etudes, conseils, formations  :          
    Umanis France S.A. Levallois, France R.C.S. 379 499 445 99,81 99,81 Intégration globale
    Umanis (Italie) SRL Milan, Italie RI 332 085 100,00 99,81 Intégration globale
    Umanis (Belgique) SPRL Bruxelles, Belgique RCB 584 448 100,00 99,81 Intégration globale
    Umanis (UK) Ltd Londres, UK RC 3601068 100,00 99,81 Intégration globale
    Umanis (Pologne) Sp Z.o.o. Varsovie, Pologne RHB 53551 100,00 99,81 Intégration globale
    Umanis (Espagne) SL Madrid, Espagne   100,00 99,81 Intégration globale
    Umanis (Allemagne) GmbH Francfort, Allemagne Amtsgericht HRB 48024 100,00 99,81 Intégration globale
    Umanis (Suisse) Sarl Nyon, Suisse   100,00 99,88 Intégration globale
    Umanis (Finlande) Oy Helsinki, Finlande   100,00 99,81 Intégration globale
    Umanis (Danemark) ApS Copenhague, Danemark   100,00 99,81 Intégration globale
    Umanis (Maroc) Casablanca, Maroc   100,00 99,81 Intégration globale
    Umanis Consulting SAS Levallois, France R.C.S. 434 016 853 98,53 98,53 Intégration globale
    Das Kapital Neuilly sur seine, France   100,00 99,79 Intégration globale
    Genius Informatique SARL Saintes, France R.C.S. 343 618 302 100,00 100,00 Intégration globale
    Circe Informatique SARL Saintes, France R.C.S. 422 810 077 100,00 100,00 Intégration globale
    Xerius Consulting SARL Puteaux, France R.C.S. 431 230 648 100,00 100,00 Intégration globale
Centre d'appel  :          
    Umanis Managed Services (anciennement Call One) Levallois, France R.C.S. 412 719 986 100,00 99,91 Intégration globale
Publicité, communication  :          
    Ums technologie, ex côté, terrain S.A.R.L. Levallois, France R.C.S. 423 601 657 100,00 100,00 Intégration globale

 

 

Note 5. - Goodwills.
(En K€.)

  Les goodwills ont évolué de la manière suivante compte tenu de l'acquisition du groupe Genius en 2005 et du passage aux normes IFRS (cf. note A en  6.1).

 

Société Brut au 31/12/04 Brut au 30/06/05 Net au 31/12/04 Net au 30/06/05
French IFRS IFRS French IFRS IFRS
Umanis France 9 067 9 067 9 067 4 766 9 067 9 067
Umanis Suisse 139 1 391 139 65 81 81
Call One 31 31 31 0 0 0
Umanis Belgique 9 9 9 0 0 0
Umanis Italie 91 91 91 0 0 0
Umanis Consulting 4 450 4 450 4 450 1 952 2 130 2 130
Ums technologie - coté Terrain (GW) 10 10 10 0 0 0
Das Kapital 3 3 3 0 0 0
Genius     0     0     666     0     0     666
      Total actif 13 800 13 800 14 466 6 783 11 278 11 944
        Ums technologie - coté Terrain (BW)     - 15     - 15     - 15     0     0     0
      Total net 13 785 13 785 14 451 6 783 11 278 11 944

 

 

Note 6. - Informations sur le passage aux normes IFRS.

  En application du règlement européen 1606/2002 du 19 juillet 2002, les comptes consolidés du groupe Umanis au titre de l'exercice 2005 et des exercices suivants sont établis conformément aux normes internationales IAS / IFRS applicables au 1er janvier 2005 telles qu'approuvées par l'Union européenne.

  Ces premiers comptes publiés selon les normes IFRS sont présentés avec, en comparatif, l'exercice 2004 établi selon le même référentiel.

  En vue de la publication de ses états financiers comparatifs pour l'exercice 2005 et conformément à la recommandation de l'AMF relative à la communication financière pendant la période de transition, le groupe Umanis a décidé de présenter les informations financières suivantes sur la transition aux normes IFRS et la réconciliation des référentiels comptables pour l'exercice 2004  :

  -- Impact sur les capitaux propres au 1er janvier 2004 et 31 décembre 2004  ;

  -- Tableau de passage du bilan au 31 décembre 2004 en principes comptables français au bilan au 31 décembre 2004 en normes IFRS  ;

  -- Tableau de passage du compte de résultat au 31 décembre 2004 des normes françaises aux normes IFRS  ;

  -- Tableau de passage du compte de résultat au 30 juin 2004 des normes françaises aux normes IFRS.

  -- 6.1. Capitaux propres au 1er janvier 2004 et au 31 décembre 2004 (en M€)  :

  -- -- Préambule  : Le groupe Umanis a publié le 11 août 2005 un état de passage des capitaux propres entre le référentiel en vigueur en France et le référentiel IFRS pour l'exercice 2004. Cet état de passage comportait une erreur matérielle sur l'annulation des amortissements des goodwills. La correction conduit à une hausse des capitaux propres de 312 K€.

 

  Notes 01/01/04 Résultat de l'exercice Autres Ecart de conversion 31/12/04
Capitaux propres en normes françaises   - 12,4 6,0 1,0 - 0,1 - 5,5
             
Ecarts d'acquisition A 3,7 0,8     4,5
Immobilisations incorporelles B - 0,1 0,0     - 0,1
Avantages du personnel C - 0,3 0,0     - 0,3
Dettes D 1,4 - 0,5     0,9
Autres ajustements E - 0,1 0,0     0,0
Impôts différés F              0,9                       0,9
      Total des ajustements IAS/IFRS   4,7 1,3     6,0
        Augmentation/réduction de capital                         1,0                  
        Capitaux propres en normes IFRS   - 7,7 7,3 1 - 0,1 0,5

 

  A. Goodwills  : Le groupe Umanis a choisi, conformément à la norme IFRS 3 sur les regroupements d'entreprises, compte tenu notamment de l'importance de ses acquisitions, de retraiter les acquisitions effectuées à compter du 1er janvier 1998. En application de cette norme, les regroupements d'entreprise sont à comptabiliser en appliquant la méthode de l'acquisition. Cette méthode implique la comptabilisation des actifs et passifs des sociétés acquises par le groupe à leur juste valeur, en conformité avec les règles prévues par les IFRS. La différence entre les coûts d'acquisition des titres et l'évaluation totale à la juste valeur des actifs et passifs identifiés à la date d'acquisition est comptabilisée en goodwill. Ce goodwill acquis lors d'un regroupement d'entreprise ne doit pas être amorti. L'acquéreur effectue un test de dépréciation une fois par an ou plus fréquemment si des événements ou des changements de circonstances indiquent qu'il peut se voir déprécier.

  Le recalcul des goodwills issus des acquisitions opérées depuis le 1er janvier 1998 n'a pas montré d'écarts significatifs avec les goodwills antérieurement comptabilisés. Concernant les pertes de valeur, conformément à la norme lAS 36, des tests de dépréciation ont été réalisés annuellement à compter de l'exercice d'acquisition.

  Suite à l'application de ce dernier principe, le goodwill d'Umanis France apparaît ne pas avoir subi de perte de valeur depuis son acquisition. En conséquence, les amortissements comptabilisés depuis 1998 sur ce goodwill ont été repris au 1er janvier 2004 pour 3,7 M€. Cette diminution a été enregistrée en contrepartie d'un accroissement des capitaux propres du même montant.

  Pour l'ensemble des autres acquisitions, les tests nous ont conduit à conserver le même niveau de dépréciation que précédemment, notamment Umanis consulting pour laquelle un montant de 2,3 M€ de dépréciation a été conservé.

  La valeur nette des goodwills après prise en compte de ces retraitements s'établit à 11,3 M€ au 1er janvier 2004. Elle était en norme française de 7,6 M€.

  Par ailleurs, l'absence de dotation aux amortissements constatée en résultat IFRS 2004 génère, par rapport au référentiel français, une diminution des charges de 0,8 M€.

  B. Immobilisations incorporelles  : Les retraitements effectués correspondent à l'élimination des actifs comptabilisés sous le référentiel français qui ne répondent pas aux définitions ou aux critères de comptabilisation des normes internationales.

  Les immobilisations incorporelles suivantes ont été annulées  :

  -- Frais de constitution  ;

  -- Frais de dépôt des marques.

  -- La valeur nette comptable de ces immobilisations s'élevait à 0,1 M€ au 31 décembre 2003. Leur annulation au bilan d'ouverture au 1er janvier 2004 est opérée par imputation sur les capitaux propres.

  -- C. Avantages du personnel  : Après recensement, les engagements de retraites et autres avantages similaires couverts par la norme IAS 19   Avantages du personnel   qui concernent le groupe Umanis sont les avantages postérieurs à l'emploi qui incluent notamment les indemnités de départ à la retraite et compléments de retraite.

  -- Les avantages visés par la norme sont à la fois  :

  -- les régimes à cotisations définies qui ne sont pas porteurs d'engagements futurs, l'obligation de l'employeur étant limitée au versement régulier de cotisations fixes. La charge correspondant aux cotisations versées est prise en compte dans le résultat de l'exercice  ;

  -- les régimes à prestations définies dans lesquels l'employeur s'engage sur des prestations futures. Ces engagements sont évalués selon la méthode des unités de crédit projetées et ont été provisionnés au bilan d'ouverture au 1er janvier 2004.

  -- L'impact sur les capitaux propres correspond à la provision pour engagements de retraites calculée au 1er janvier 2004. En effet, la comptabilisation, optionnelle en normes françaises, des engagements de retraite n'avait pas été retenue dans les comptes consolidés clos au 31 décembre 2003.

  -- Cette obligation est comptabilisée par imputation sur les capitaux propres 1er janvier 2004 à hauteur de 0,3 M€.

  -- D. Dettes financières  : L'évaluation, la comptabilisation et la présentation des actifs et passifs financiers sont définies par les normes IAS 32 et 39 portant sur les instruments financiers.

  -- Dans ce cadre, les dettes auprès des organismes sociaux et fiscaux au 31 décembre 2003 comprennent les dettes ayant fait l'objet d'un moratoire et dont les plans de règlement s'étalent sur 36 mois. Compte tenu des plans de versement, la valeur de ce passif au bilan d'ouverture 1er janvier 2004 a du être actualisée. Le taux d'actualisation retenu s'élève à 5  %.

  -- La différence entre le montant des dettes en normes françaises et la valeur ainsi actualisée en normes IFRS au 1er janvier 2004 s'élève à 1,4 M€. La variation sur l'exercice 2004 a une incidence de - 0,5 M€ sur le résultat.

  -- E. Autres ajustements  : Les retraitements effectués correspondent à l'élimination des actifs antérieurement comptabilisés selon le référentiel français qui ne répondent pas aux définitions ou aux critères de comptabilisation IFRS.

  -- A ce titre, les charges à répartir ne sont pas considérées comme des valeurs d'actifs IFRS. Le solde figurant à l'actif du bilan au 31 décembre 2003 a été annulé dans le bilan d'ouverture.

  -- La valeur de ces charges à répartir s'élevait à 0,1 M€ au 31 décembre 2003. Leur annulation au bilan d'ouverture 1er janvier 2004 conduit à une minoration des capitaux propres de même montant.

  -- F. Impôts différés  : L'incidence fiscale des différents retraitements exposés ci-dessus e été prise en compte et imputée directement sur les impôts différés actifs disponibles à l'ouverture de l'exercice au 1er janvier 2004 mais non activés au bilan.

  -- L'actualisation des impôts différés effectuée en 2004 en normes françaises a du être neutralisée, cette dernière étant explicitement interdite en référentiel IFRS. Ce retraitement augmente le résultat de l'exercice 2004 de l'ordre de 0,9 M€.

  -- 6.2. Bilan au 31 décembre 2004 (en milliers d'euros)  :

 

French Gaap 31/12/04
French Gaap
Reclassements Ajustements 31/12/04 IFRS IFRS Note  6-1
Actifs  : Net     Net Actifs  :  
    Ecart d'acquisition 6 784   4 493 11 278 Ecarts d'acquisition A
    Immobilisations incorporelles 505   - 73 432 Immobilisations incorporelles B
    Immobilisations corporelles 696     696 Immobilisations corporelles  
    Immobilisations financières 901 - 901   0    
        152   152 Autres participations  
        749   749 Autres actifs financiers non courants  
                   5 900     938     6 838 Impôts différés  
    Actifs immobilisés 8 886 5 900 5 358 20 144 Actifs non courants F
    Avances et acomptes versés 604 - 604        
    Clients et comptes rattachés 7 609 7 215   14 824 Clients  
    Autres créances et comptes rattachés 13 836 - 5 296 - 21 8 519 Autres débiteurs E
    Valeurs mobilières de placements 102 - 102        
    Disponibilités     2 137     - 3              2 134 Trésorerie et équivalents de trésorerie  
    Actifs circulant     24 288     1 210     - 21     25 477 Actifs courants  
      Total actifs 33 174 7 110 5 337 45 621 Total des actifs  
Capital 1 867     1 867 Capital souscrit  
Primes 26 348     26 348 Prime d'émission  
Réserves consolidées - 40 004   4 705 - 35 298 Réserves consolidées  
Ecart de conversion 261     261 Ecarts de conversion  
Résultat de l'exercice     6 033              1 280     7 313 Résultat de l'exercice  
Capitaux propres, part du groupe 5 494   5 985 491 Capitaux propres, part du groupe  
Intérêts minoritaires 3         3 Intérêts minoritaires  
        494 Capitaux propres  
      280 280 Provisions pour pensions et avantages assimilés  
Provisions pour risques et charges 1 799     1 799   (*)
Emprunts et dettes financières 234 6 981        
        6 833     - 928     5 905 Autres dettes D
    13 814 - 648 7 984 Passifs non courants  
        7 215 Emprunts garantis (*)
Fournisseurs et comptes rattachés 5 061     5 061 Fournisseurs  
    126   126 Partie à court terme des emprunts portant intérêts  
    170   170 Dettes fiscales IS  
    22 197   22 197 Dettes fiscales et sociales  
    2 374   2 374 Autres créditeurs  
Autres dettes et comptes de régularisation     - 31 571     - 31 571              0    
Dettes     38 665     - 6 704              37 143 Passifs courants  
      Total passif 33 174 7 110 5 337 45 621 Total des capitaux propres et passifs  
  (*) Le montant des emprunts garantis correspond au reclassement de la position des encours dailly et factor.

 

  6.3. Compte de résultat au 31 décembre 2004  :

 

French Gaap 31/12/04
French Gaap
Reclassements Ajustements 31/12/04
IFRS
IFRS Note  6-1
Chiffre d'affaires 41 656     41 656 Chiffre d'affaires  
Autres produits d'exploitation 2 400 - 507   2 148 Autres produits de l'activité  
    255        
Achats consommés - 5 561 6 292   - 269 Achats consommés  
Charges de personnel - 34 161 507 - 4 - 33 658 Charges de personnel C
    - 6 292   - 6 292 Charges externes  
Impôt et taxes - 875     - 875 Impôts et taxes  
    - 536 52 - 484 Dotation aux amortis-
sements
B - E
Autres charges d'exploitation - 88 88   0    
Dotations aux amortis-
sements et provisions
- 1 920 680   - 1 240 Dotation aux provisions  
Reprise amortis-
sements et provisions
399 - 399   0    
    - 88       - 88 Autres produits et charges d'exploitation  
        899 Résultat opérationnel courant  
           - 34       - 34 Autres produits et charges opérationnels  
Résultat d'exploitation 851     866 Résultat opérationnel  
             
        0 Produits de trésorerie et d'équivalents de trésorerie  
    - 221       - 221 Coût de l'endettement financier brut D
        - 221 Coût de l'endettement financier net  
    528 - 502 26 Autres produits et charges financiers  
Résultat financier     307 - 307   0    
Résultat courant des entreprises intégrées 1 159          
Résultat exceptionnel - 34 34   0    
Impôts sur le résultat 5 705 47 938 6 690 Impôts différés F
           - 47       - 47 Impôts courants  
Résultat net des entreprises intégrées 6 830     7 313 Résultat net des activités ordinaires  
Dotation aux amortis-
sements des écarts d'acquisitions
    - 796   796     A
Résultat net de l'ensemble consolidé 6 034          
Intérêts des minoritaires     - 1     - 1 Intérêts minoritaires  
Résultat net part du groupe 6 033 0   7 313 Résultat net part du groupe  

 

  6 .4. Compte de résultat au 30 juin 2004  :

 

French Gaap 30/06/04
French Gaap
Reclassements Ajustements 30/06/04
IFRS
IFRS Note  6-1
Chiffre d'Affaires 21 781     21 781 Chiffre d'affaires  
Autres produits d'exploitation 309 - 171   268 Autres produits de l'activité  
    130        
Achats consommés - 3 420 3 258   - 162 Achats consommés  
Charges de personnel - 17 624 171   - 17 453 Charges de personnel  
    - 3 258   - 3 258 Charges externes  
Impôt et taxes - 525     - 525 Impôts et taxes  
    - 101 26 - 75 Dotation aux amortis-
sements
A
Autres charges d'exploitation - 65 65   0    
Dotations aux amortis-
sements et provisions
- 565 - 73   - 638 Dotation aux provisions  
Reprise amortis-
sements et provisions
254 - 130   124    
    - 65       - 65 Autres produits et charges d'exploitation  
        - 4 Résultat opérationnel courant  
           734       734 Autres produits et charges opérationnels  
Résultat d'exploitation 144     730 Résultat opérationnel  
             
        0 Produits de trésorerie et d'équivalents de trésorerie  
    - 34       - 34 Coût de l'endettement financier brut  
        - 34 Coût de l'endettement financier net  
    505 - 248 258 Autres produits et charges financiers B
Résultat financier     471 - 471   0    
Résultat courant des entreprises integrées 616          
Résultat exceptionnel 560 - 560   0    
Impôts sur le résultat - 48 48 - 2 - 2 Impôts différés  
           - 48       - 48 Impôts courants  
Résultat net des entreprises intégrées 1 128     905 Résultat net des activités ordinaires  
Dotation aux amortis-
sements des écarts d'acquisition
    - 457   457     C
Résultat net de l'ensemble consolidé 670          
Intérêts des minoritaires     - 3         - 3 Intéréts minoritaires  
Résultat net part du groupe 668 0   902 Résultat net part du groupe  

 

  Note A  : les ajustements correspondent essentiellement à l'annulation des dotations sur charges à répartir.

  Note B  : La variation de l'actualisation des dettes ayant fait l'objet d'un moratoire et dont les plans de règlement s'étalent sur 36 mois a une incidence de - 248 K€ sur le résultat au 30 juin 2004.

  Note C  : Les dotations aux amortissements sur goodwills au 30 juin 2004 ont été annulées pour un montant de 457 K€.

 

Note 7. - Informations sectorielles.

  Le groupe a procédé à une réorganisation de son activité en 4 branches distinctes correspondant à 4 UGT. Afin de mieux appréhender l'analyse de ces UGT, Umanis a mis en place des outils adaptés à leur suivi.

  Informations par secteurs d'activités au 30 juin 2005  :

 

Premier semestre 2005 Business intelligence Consulting Centres d'appel CRO Total
Chiffre d'affaires 12 019 2 870 3 020 2 197 20 108
Résultat opérationnel 133 190 - 350 - 190 - 217

 

  Informations par secteurs d'activités au 30 juin 2004  :

 

Premier semestre exercice 2004 Business intelligence Consulting Centres d'appel CRO Total
Chiffre d'affaires 13 020 3 109 3 272 2 380 21 781
Résultat opérationnel 436 104 110 80 730

 

 

Note 8. - Capitaux propres.

  Au 30 juin 2005, le capital est composé de 19 131 118 actions ordinaires de 0,11 €, entièrement libérées et représentant 2 104 423 €. La prime d'émission s'élève à 28 997 260 €.

  Le nombre d'actions en circulation a évolué comme suit  :

 

  30/06/05 31/12/04
Nombre d'actions Montant capital
& prime
Nombre d'actions Montant capital
& prime
A l'ouverture 16 970 488 28 215 114 15 641 118 27 262 505
Augmentation de capital par création d'actions 1 528 811 1 983 068    
Exercices de BSA, BSPCE 631 819 903 501 1 329 370 952 609
Levées d'options de souscription d'actions                                    
A la clôture 19 131 118 31 101 683 16 970 488 28 215 114

 

  (1) Par délibérations du conseil d'administration du 30 juin 2005 agissant sur délégation de l'assemblée générale mixte en date du 28 juin 2005, ayant constaté la réalisation de l'augmentation de capital réservée résultant de l'émission et de la souscription de 645 358 actions nouvelles, au prix de 1,17 €, de 0,11 € de valeur nominale chacune, intégralement souscrites et entièrement libérées par compensation avec des créances liquides et exigibles sur la société, le capital social de la société a été augmenté de 70 989,38 € pour être porté de 1 936 253,77 € à 2 007 243,15 €.

  Suivant acte sous seing privé en date du 20 mai 2005, approuvé par l'assemblée générale mixte en date du 28 juin 2005 et par délibérations du conseil d'administration du 30 juin 2005, agissant sur délégation, l'apport de 100  % des titres composant le capital social de la société Génius Informatique, évaluées à 1 228 000 € a été financé par émission au profit de l'apporteur de 883 453 actions nouvelles au prix de 1,39 €, de 0,11 € de valeur nominale chacune, entièrement libérées.

  (2) Par délibérations du conseil d'administration du 24 juin 2005, ayant constaté la réalisation de l'augmentation de capital résultant de l'exercice par leurs bénéficiaires de 631 819 bons de souscription de parts de créateurs d'entreprise, le capital social de la société a été augmenté de 69 500,09 € pour être porté de 1 866 753,68 € à 1 936 253,77 par l'émission de 631 819 actions nouvelles, au prix de 1,43 €, de 0,11 € de valeur nominale chacune, intégralement souscrites et entièrement libérées en numéraire ou par compensation avec des créances liquides et exigibles sur la société.

 

Note 9. - Engagements hors bilan.

 

Société 30/05/05 31/12/04
  Caution de contre-garantie sur marché Caution de contre-garantie sur marché
  Néant Néant
     
  Créances cédées non échues Créances cédées non échues
  Néant Néant
     
  Nantissements hypothèque et sûretés réelles Nantissements hypothèque et sûretés réelles
  Néant Néant
     
  Avals, cautions et garanties données Avals, cautions et garanties données
Umanis S.A. Cautionnement solidaire des engagements bancaires et financiers de fa société Call One pour un montant global maximum de 152 K€. Cautionnement solidaire des engagements bancaires et financiers de la société Call One pour un montant global maximum de 152 K€.
Umanis S.A. Cautionnement solidaire des engagements de la société Europstat Business Intelligence Services (Espagne) au titre d'un contrat de location d'équipement informatique pour un montant global maximum de 152 K€. Cautionnement solidaire des engagements de la société Europastat Business Intelligence Services (Espagne) au titre d'un contrat de location d'équipement informatique pour un montant global maximum de 152 K€.
Umanis S.A. Cautionnement solidaire des engagements de la société Umanis France (suite à la fusion-absorption d'Aquarel) au titre d'un contrat de location d'équipement informatique pour un montant global maximum de 152 K€. Cautionnement solidaire des engagements de la société Umanis France (suite à la fusion-absorption d'Aquarel) au titre d'un contrat de location d'équipement informatique pour un montant global maximum de 152 K€.
Umanis France Garantie bancaire émise en faveur de la Ram (Royal Air Maroc) pour un montant de 10,7 K€. Garantie bancaire émise en faveur de la Ram (Royal Air Maroc) pour un montant de 10,7 K€.
     
  Autres engagements donnés Autres engagements donnés
  Clause de retour à meilleure fortune dans le cadre de la convention d'abandon de créance des actionnaires de 3 430 K€. Cette clause engage la société à procéder trimestriellement au remboursement des créances au profit des actionnaires des l'instant ou l'excèdent brut d'exploitation consolidé représentera au moins 5  % du chiffre d'affaires hors taxes consolidé. Les formules de détermination du montant des créances remboursées sont  : Clause de retour à meilleure fortune dans le cadre de la convention d'abandon de créance des actionnaires de 3 430 K€. Cette clause engage la société à procéder trimestriellement au remboursement des créances au profit des actionnaires des l'instant ou l'excèdent brut d'exploitation consolidé représentera au moins 5  % du chiffre d'affaires hors taxes consolidé. Les formules de détermination du montant des créances remboursées sont  :
Umanis S.A. - EBE compris entre 5  % et 10  % du chiffre d'affaires, remboursement d'une somme égale au montant de leur créance multiplié par le  % de l'EBE sur le chiffre d'affaires  ; - EBE compris entre 5  % et 10  % du chiffre d'affaires, remboursement d'une somme égale au montant de leur créance multiplié par le  % de l'EBE sur le chiffre d'affaires  ;
  - EBE compris entre un montant supérieur à 10  % et 15  % du chiffre d'affaires, remboursement d'une somme égale au montant de leur créance multiplié par 1,5 fois le  % de l'EBE sur le chiffre d'affaires  ; - EBE compris entre un montant supérieur à 10  % et 15  % du chiffre d'affaires, remboursement d'une somme égale au montant de leur créance multiplié par 1,5 fois le  % de l'EBE sur le chiffre d'affaires  ;
  - EBE compris entre un montant supérieur à 15  % du chiffre d'affaires, remboursement d'une somme égale au montant de leur créance multiplié par 2 fois le  % de l'EBE sur le chiffre d'affaires. - EBE compris entre un montant supérieur à 15  % du chiffre d'affaires, remboursement d'une somme égale au montant de leur créance multiplié par 2 fois le  % de l'EBE sur le chiffre d'affaires.
  Cette clause est stipulée pour une durée de 10 ans, à compter du 31 décembre 2001. Cette clause est stipulée pour une durée de 10 ans, à compter du 31 décembre 2001.
  Toutefois l'application des normes IFRS nécessitera de fait une révision de cette clause. Toutefois l'application des normes IFRS nécessitera de fait une révision de cette clause.

 

 

Note 9 bis- Recapitulatif des plans de stock-options.

  Au 30 juin 2005, 6 plans de stock options ont distribué 920 755 stock options, dont 758 405 sont caduques et 48 530 options levées.

 

  Plan n 1 (caduque) Plan n 2 Plan n 3 Plan n 4 Plan n 5 Plan n 6
Date de l'assemblé générale autorisant le plan 13/11/98 18/11/98 18/11/98 18/11/98 18/11/98 18/11/98
Date du chiffre d'affaires octroyant les options 26/10/98 01/03/99 09/07/99 26/01/00 30/06/00 31/10/00
Nombre d'options attribuée (1) 119 870 332 640 347 660 14 900 77 375 28 310
Nombre total pouvant être souscrite (1) 119 870 332 640 347 660 14 900 77 375 28 310
Nombre à souscrire par les dirigeants 0 0 0 0 0 0
Date de départ d'exercice des options 1/01/01 30/06/01 9/05/02 26/11/02 30/04/03 31/08/03
Date d'expiration 1/01/04 1/03/06 9/07/06 26/11/07 30/06/07 31/08/07
Date de revente des actions souscrites 01/01/03 31/12/04 30/10/04 30/04/05 30/09/05 31/01/06
Prix de souscription par action (1) 0,97 € 2,48 € 3,80 € 36,889 € 23,56 € 20,58 €
Nombre d'actions souscrites 31 décembre 2004 48 530 0 0 0 0 0
Nbre d'actions caduques au 31 décembre 2004 71 340 278 880 299 500 13 300 68 375 27 010
Solde d'actions à souscrire 0 53 760 48 160 1 600 9 000 1 300

 

 

Note 10. - Attributions de BSA/BSPCE.

 

BSA Nombre Prix Bénéficiaire Quantité Date souscription Nombre de bons exercés Montant
Date d'émission chiffre d'affaires 24 juin 2005 98 000 1,53 J.P. Salducci       10 780

 

 

BSPCE Nombre actions nouvelles émises Prix Bénéficiaires Quantité Date souscription Nombre de bons exercés Montant souscription Montant aug kaf Prime d'émission
Date émission BSPCE 20 juillet 2004 1 000 000 0,72 Piepszownik L. 500 000          
      Muller S. 250 000          
      Pouligny O. 250 000          
BSPCE 12 avril 2005 1 500 000 1,43 Piepszownik L. 1 100 000 Chiffre d'affaires 24 juin 2005 406 376 581 118 44 701,36  
      Muller S. 200 000 Ciffre d'affaires 24 juin 2005 180 000 257 400 19 800,00  
      Pouligny O. 200 000 Chiffre d'affaires 24 juin 2005     45 443     64 983     4 998,73  
          Chiffre d'affaires 24 juin 2005 631 819 903 501 69 500,09 834 001,08
Chiffre d'affaires 30 juin 2005 645 358 1,17 S.C. LP 645 358     755 068,86 70 989,38 684 079,48

 

 

3. -- Rapport des commissaires aux comptes sur l'information semestrielle 2005.
(Période du 1er janvier au 30 juin 2005.)

  En notre qualité de commissaires aux comptes et en application de l'article L. 232-7 du Code de commerce, nous avons procédé à  :

  -- l'examen limité du tableau d'activité et de résultats présenté sous la forme de comptes semestriels consolidés de la société Umanis, relatifs à la période du 1er janvier au 30 juin 2005, tels qu'ils sont joints au présent rapport  ;

  -- la vérification des informations données dans le rapport semestriel.

  -- Ces comptes semestriels consolidés ont été établis sous la responsabilité du conseil d'administration. Il nous appartient, sur la base de notre examen limité, d'exprimer notre conclusion sur ces comptes.

  -- Dans la perspective du passage au référentiel IFRS tel qu'adopté dans l'Union européenne, pour l'établissement des comptes consolidés de l'exercice 2005, les comptes semestriels consolidés ont été préparés pour la première fois en appliquant les principes de comptabilisation et d'évaluation des normes IFRS adoptées dans l'Union européenne, sous la forme de comptes intermédiaires tels que définis dans le règlement général de l'AMF. Ils comprennent à titre comparatif des données relatives à l'exercice 2004 et au premier semestre 2004 retraitées selon les mêmes règles.

  -- Nous avons effectué notre examen limité selon les normes professionnelles applicables en France  ; ces normes requièrent la mise en oeuvre de diligences limitées conduisant à une assurance, moins élevée que celle résultant d'un audit, que les comptes semestriels consolidés ne comportent pas d'anomalies significatives. Un examen de cette nature ne comprend pas tous les contrôles propres à un audit, mais se limite à mettre en oeuvre des procédures analytiques et à obtenir des dirigeants et de toute personne compétente les informations que nous avons estimées nécessaires.

  -- Sur la base de notre examen limité, nous n'avons pas relevé d'anomalies significatives de nature à remettre en cause la conformité, dans tous leurs aspects significatifs, des comptes semestriels consolidés au regard d'une part, des règles de présentation et d'information applicables en France et, d'autre part, des principes de comptabilisation et d'évaluation des normes IFRS adoptées dans l'Union européenne, tels que décrits dans les notes annexes.

  -- Sans remettre en cause la conclusion exprimée ci-dessus, nous attirons votre attention sur la note 1 1 de l'annexe qui expose les options retenues pour la présentation des comptes semestriels consolidés, qui n'incluent pas toutes les informations de l'annexe exigées par le référentiel IFRS tel qu'adopté dans l'Union européenne, et qui expose également les raisons pour lesquelles l'information comparative qui sera présentée dans les comptes consolidés au 31 décembre 2005 et dans les comptes consolidés semestriels au 30 juin 2006 pourrait être différente des comptes joints au présent rapport.

  -- Nous avons également procédé, conformément aux normes professionnelles applicables en France, à la vérification des informations données dans le rapport semestriel commentant les comptes semestriels consolidés sur lesquels a porté notre examen limité.

  -- Nous n'avons pas d'observation à formuler sur leur sincérité et leur concordance avec les comptes semestriels consolidés,


Paris et Neuilly, le 24 octobre 2005  :
  Les commissaires aux comptes  :
Cabinet Baut  :
  JEAN-PIERRE BAUT  ;
 Deloitte & Associés  :
  JEAN-LUC BERREBI.


99644